dimanche 20 mars 2011

Evangile du Lundi 21 Mars 2011;

Saint Luc 6. 36 - 38
Lc 6:36- " Montrez-vous compatissants, comme votre Père est compatissant.
Lc 6:37- Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés ; remettez, et il vous sera remis.
Lc 6:38- Donnez, et l'on vous donnera ; c'est une bonne mesure, tassée, secouée, débordante, qu'on versera dans votre sein ; car de la mesure dont vous mesurez on mesurera pour vous en retour. " 

La Miséricorde de Dieu est la perfection, dans toute son ampleur de son action qui s’abaisse aux êtres inférieurs pour les faire sortir de leur misère et pour combler leurs manques. 
C’est avant tout Sa volonté de faire du bien à tous ceux qui souffrent par quelque défaut et ne sont pas capables de les compléter d’eux-mêmes. 

Un acte singulier de miséricorde c’est la pitié et un état constant de pitié c’est la miséricorde. La relation de Dieu envers les créatures se manifeste par élimination de leurs défauts par accord de perfections, aussi grandes ou petites  qu’elles soient. 
Accorder des perfections, considéré en soi-même, indépendamment des circonstances quelconques est une oeuvre de bonté Divine qui élargit à chacun Ses grâces selon sa prédilection.
Même si nous voyons en Dieu un désintéressement absolu dans l’accord des grâces, nous l’attribuons à la générosité Divine. 
Le fait que Dieu veille sur nous afin que nous atteignions le but qui nous a été fixé par avance, nous l’appellons la Providence. 
Accorder des perfections selon un plan et un ordre établis d’avance sera oeuvre de justice. Enfin, accorder des perfections aux créatures pour les faire sortir de leur misère et pour éliminer leurs défauts est une oeuvre de Miséricorde.
Ce n’est pas le manquement de chaque être qui constitue sa misère, car à chaque créature revient seulement ce que Dieu avait précédemment prévu et décidé pour elle. Par exemple, de même que ce n’est pas un malheur pour une brebis de ne pas avoir de raison, de même le manque des ailes n’est pas une misère pour un homme. Par contre, le manque de raison pour un homme ou le manque des ailes pour un oiseau serait  malheureux et misérable.
Tout ce que Dieu fait pour les créatures
Il le fait selon un ordre prévu et établi qui constitue la justice Divine. Mais puisque cet ordre a été établi tout à fait librement et que personne ne l’a imposé à Dieu, dans le choix d’un tel ordre plutôt que dans le choix d’un autre, il faut voir aussi une oeuvre de Miséricorde.

C’est pourquoi en pénétrant les causes et motifs premiers de l’oeuvre Divine nous voyons la Miséricorde à la source de chaque acte extérieure. Car si quelque chose revient à la créature, ce n’est que par un dessein préalable. Comme on ne peut pas spéculer ainsi à l’infini, il faut s’arrêter à ce qui dépend uniquement de la volonté Divine, c’est-à-dire de la Miséricorde Divine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire