jeudi 2 décembre 2010

Songe d'hivers

Les nuages envahissaient le ciel,
Il était gris le soleil avait disparu
Le vent soufflait
Le froid était

C'était le temps de l'hiver
Comme les marmottes, l'homme hiberne hiberne dans son action
Hiberne dans ses joie
Hiberne dans ses pensées

et pourtant

Le feu de la cheminée réconforte
La lumière du plafond éclaire
Et la douce chaleur invite l'homme à fermer les yeux
Et fermant les yeux le songe apparaît
Beau, resplendissant, gaie , joyeux, sublime, ...

Celui de la vision du printemps

Où tout renaît
Où tout éclos

Où tout redevient merveilles et merveilles de Dieu avec les plus belles espérances
L'espérance de l'amour et disant j'aborderai la vie mieux
Dans le temps de l'amour chacun travaillera à qui mieux mieux.

Pour réussir l'émerveillement des rencontres
Pour savourer le temps de l'amour.
Pour juxtaposer ses deux amours
Pour faire grandir ces deux amours
Pour aller ensemble de l'avant et nous serrer l'un contre l'autre
comme deux fleurs dans un bouquet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire